Contrats et assurances pour garde-meubles : faut-il assurer ses biens ?

L’utilité d’un garde-meubles

contrat signature

Vous êtes en plein déménagement et êtes à la recherche d’un endroit pour stocker vos biens le temps de celui-ci ? Vous manquez d’espace dans votre logement et êtes à la recherche d’un endroit où les stocker à plus long terme ? Sachez que vous pouvez entreposer vos meubles et autres effets personnels dans un garde-meuble : il s’agit d’un local sécurisé dans lequel vous pouvez déposer vos biens pour une durée limitée. Cela vous permet de conserver ceux-ci dans des conditions de sécurité et de conservation optimale.
 

Comment vos biens sont-ils sécurisés ?

Tous ces locaux sont obligatoirement munis de systèmes de sécurité grâce à la norme européenne EN 15 696 de 2008, qui définit le garde-meuble comme suit : « un système de stockage dans lequel le prestataire de services attribue, dans le cadre d’un contrat de self stockage, une unité de stockage déterminée et sécurisée pour laquelle le client dispose d’un droit d’accès exclusif ». Il peut s’agir de caméras de vidéosurveillance, d’alarmes, d’agents de sécurité, de serrures sécurisées au moyen d’un code, de clôtures, etc. Lorsque vous contactez une société de garde-meubles, n’hésitez pas à lui demander plus de renseignements sur les moyens mis en place pour assurer la sécurité de vos effets personnels.
 

Le fonctionnement de l’assurance

Une assurance est un moyen de couvrir vos frais si vous veniez à subir un événement déterminé entraînant des dommages et des pertes matérielles. Ce système solidaire se base sur des cotisations, c’est-à-dire des paiements réguliers, que tout souscripteur verse chaque mois. Ensuite, l’assureur garantit une aide lorsqu’un imprévu entraîne des pertes financières ou des dommages physiques. C’est l’argent du « pot commun » qui sera utilisé pour venir en aide à la personne qui le nécessite.

Ainsi, il existe toute une série d’assurances, obligatoires ou non. En Belgique par exemple, l’assurance maladie, visant à couvrir certains frais médicaux, ou l’assurance responsabilité véhicule, indemnisant les dommages matériels ou corporels en cas d’accident de la route, sont imposées à tous les citoyens. En revanche, l’assurance habitation, visant à protéger un bâtiment dont vous êtes le propriétaire, ou l’assurance familiale qui couvre les dommages que vous ou un membre de votre ménage causent à des tiers, sont facultatives. Bien qu’elles ne soient pas obligatoires, il en existe une multitude, et nombreuses sont les personnes qui y souscrivent, comme pour les assurances hospitalisation, frais dentaires, etc.
 

Gardes-meubles : dans quels cas de figure vos biens sont-ils couverts ?

Ainsi, comme nous l’avons vu précédemment, l’entreprise de stockage vous garantit simplement la sécurité de ses murs et des dispositifs qu’elle met en place. Bien que ces dispositions soient déjà très efficaces, il se peut que vous ne soyez pas entièrement serein à l’idée d’y laisser certains biens de valeur, comme des œuvres d’art, des meubles anciens, des bijoux de valeur, de la vaisselle, etc.

Par chance, nombreuses sont les sociétés qui proposent une assurance complémentaire afin de protéger vos biens. Les conditions varient d’une enseigne à l’autre et d’une compagnie d’assurance à l’autre : si vous le souhaitez, vous pouvez contacter votre propre assureur afin de voir s’il peut vous proposer une offre à des tarifs plus avantageux. Vous pouvez dès lors contracter cette formule soit via l’assurance partenaire de l’entreprise de garde-meubles soit via votre compagnie personnelle. En outre, notez qu’il est tout à fait possible que votre assurance couvre déjà vos biens et que vous n’en ayez nullement besoin d’une autre. Dans ce cas-là, vous pourrez simplement souscrire une extension de garantie supplémentaire, ce qui vous coûtera moins cher.

Si vous souhaitez souscrire cette assurance, l’enseigne peut vous demander une attestation d’assurance afin de vérifier que vous êtes bel et bien déjà assurés.

Généralement, sont couverts par les assurances les pertes et dommages liés à :

  • Une catastrophe naturelle : tremblement de terre, inondations, tempêtes, incendies, crashs aériens, etc.
  • La fuite des canalisations
  • Un vol avec effraction
  • Des actes de vandalisme

La disparition inexpliquée d’un bien, qui peut être simplement due à un inventaire incorrectement rédigé, n’est pas couverte par la compagnie d’assurances. C’est également le cas des pertes liées aux conséquences d’une guerre ou à un acte de terrorisme par exemple.

Le montant de votre assurance dépendra de la valeur totale des biens à assurer. Ainsi, plus vous possédez des biens de valeurs, au plus le coût de votre assurance sera élevé, plus vous serez indemnisé. La durée de stockage et la surface du local influenceront également le prix de votre cotisation.
 

En conclusion

En résumé, il est primordial de souscrire une assurance complémentaire si vous décidez d’entreposer vos biens dans un garde-meuble. Bien que ceux-ci garantissent des conditions de stockage optimales en termes de conservation et de sécurité, vous n’êtes pas pour autant à l’abri de dommages liés à des inondations, incendies, fuites de canalisations, vols, actes de vandalismes ou autres. Cela est d’autant plus important si vous entreposez vos effets sur une longue période et si ceux-ci ont une grande valeur financière ou sentimentale.

Soyez néanmoins attentifs aux conditions qui varient selon la compagnie d’assurance. C’est pourquoi il est judicieux de contacter votre compagnie personnelle et de comparer ses tarifs au partenaire assureur de votre entreprise de garde-meubles. Si vous disposez déjà d’une assurance habitation, il est possible, comme nous l’avons expliqué précédemment, que vos biens soient déjà couverts et qu’il ne soit pas nécessaire pour vous de souscrire une nouvelle assurance. En outre, lisez attentivement le contrat, afin d’être attentif à ce qui est couvert ou exclu par celui-ci, aux limites des garanties (et donc au niveau de remboursement), aux conditions de mise en œuvre, à savoir les conditions selon lesquelles le courtier accepte ou non de prendre en charge un sinistre, s’il peut intervenir ou non dans celui-ci, etc.